Vos Concerts - Reviews et commentaires

Parce qu'il n'y pas que DM dans la vie : le punk, le post punk, les années 80 l'électro, le rock, la pop, Joy Division, Ian Curtis, David Bowie et tant d'autres...

Re: Vos Concerts - Reviews et commentaires

Messagepar counterfeit » 06 Déc 2014, 21:12

Shaka Ponk , Bercy.

Par curiosité, je suis allé voir Shaka Ponk il y a peu.

J'ai tenté la fosse en Early acces, à cause des travaux, parcours inédit pour accéder à la salle,petits détours dans des couloirs de Bercy.

Au bout d'une demie heure plus au moins un message vocal annonce : "il est 18H, ouverture de la salle au public", étant déjà dans la place on se sent privilégié, qui n'a jamais rêvé de rentrer dans une salle avant tout le monde. Même s'il est vrai que nous sommes déjà un certain nombre.

Ambiance bon enfant avant le set, ça se maquille,ça se met des plumes dans les cheveux, certains partages leurs victuailles (merci pour les carambars!); je ne me fait pourtant pas trop d'illusions quand à la suite des événements vu l'affiche :mrgreen: .

FFF arrive, bon son, Marco Prince et ses acolytes mettent le feu, ça pogote, ça slame, mouvement de foule, écrasé, compressé,je morfle un peu certes, je suis au 3 ème rang ,je laisse passer l'orage.

Shaka Ponk arrive l'ambiance monte d'un cran, je profite peu du spectacle dans un premier temps mon objectif étant de rester en vie, re- :mrgreen: . Quelques Co......ds habituels pourrissent bien l'ambiance dans mon secteur, forcent le passage , manquent de me mettre un cou de tête en faisant du head banging...je perds sans vraiment m'en rendre compte quelques rangs, mais j'y gagne en sérénité et je peux enfin profiter du concert.

Je découvre la plupart des titres, le décor, les effets et autres projections sont très réussis. Grosse énergie déployée par le groupe, moment de zénitude quand le chanteur fait asseoir tout le parterre.

Au final, j'ai bien aimé , mention spéciale lorsque FFF est revenu faire deux titres avec le Shaka , des versions de Get up stand up de monsieur Bob et Give it away des Red hot.

A revoir, depuis les gradins cette fois pour profiter pleinement des visuels.

image.jpg
Photo prise à la fin du concert
image.jpg (85.08 Kio) Vu 19887 fois
Avatar de l’utilisateur
counterfeit
 
Messages: 1815
Inscription: 04 Oct 2001, 17:48
Localisation: Alsace

Re: Vos Concerts - Reviews et commentaires

Messagepar GUIZMO » 01 Nov 2015, 16:57

Très bonne soirée mardi soir au Zénith de Lillepour le concert d'Imagine Dragons . Je ne connaissais bien que le premier album mais j'ai tout de même trouvé le show super . Ce sont de bons musiciens ( excellent guitariste) avec un très bon chanteur qui a bien la patate sur scène et ça fait plaisir de voir un public réactif et enthousiaste après la déception U2 (tous les gradins étaient débout comme quoi c'est possible). Concert un peu court mais je crois qu'ils n'ont que deux albums à leur actif franchement pour quarante euros une excellente soirée.
Avatar de l’utilisateur
GUIZMO
 
Messages: 1469
Inscription: 31 Oct 2003, 00:40
Localisation: Wattignies 59

Re: Vos Concerts - Reviews et commentaires

Messagepar 100window » 09 Fév 2016, 15:58

J'ai décidé de réactiver ce topic pour mon année 2015. Parce que depuis le 13 novembre, on a perdu un peu d'innocence. Mais on ne doit pas perdre son plaisir et son envie de partager. Qui m'aime me suive. Bons concerts à tou(te)s.

Christine and the Queens, Cirque royal de Bruxelles, 17/03/2015 :

Découverte quelques mois plus tôt avec ses chansons pop acidulées mais pouvant alterner vers des ambiances plus sombres, je me laisse tenter par des amies pour aller applaudir la miss sur scène. Je ne l’ai absolument pas regretté, des morceaux bien arrangés dont certains resteront comme des classiques de la pop française, de la générosité, des costumes et de la mise en scène (enfin, marre des artistes qui s’habillent et se comportent sur scène comme mon beau-frère qui bosse dans l’informatique). Elle a un excellent contact avec le public, qui lui rend bien sa générosité, ça manque un peu de lights mais à la fin du show, je ressors en ayant la certitude d’avoir assisté à la naissance d’une artiste qui deviendra énorme et mon petit doigt me dit que je n’en suis pas à ma première rencontre avec la demoiselle.

Underworld, Ancienne Belgique, Bruxelles, 21/03/2015 :

Célébration old-school en ce samedi de mars. Le groupe de techno anglais vient nous jouer l’intégralité de leur album dubnobasswithmyheadman qui date quand même de … 1993. Plus quelques autres perles des albums suivants. C’était un bout de mes fêtes adolescentes que je venais chercher et force est de constater que je me suis ennuyé. Est-ce le son qui de manière générale est bien moins fort aujourd’hui que dans les soirées que je fréquentais dans les années 90 ? Sont-ce les arrangements que je trouve bien gentils mais loin d’être efficaces. Peut-être les projections minimalistes (trop ?). Je m’ennuie. Je laisse mes potes s’avancer (pour voir quoi ?) et tente de profiter du son. J’analyse trop et commence à espérer que ce ne soit pas trop long (ce qui m’arrive rarement). La salle explose enfin sur « Born slippy » et surtout « Rez » qui est pour moi le track ultime qui a clôt pas mal de mes soirées techno. Je sors sur cette bonne impression, mais ce n’est pas suffisant pour m’emballer.


Sharon Van Etten, Reflektor, Liège, 16/04/2015 :


Premier passage dans la petite salle de 600 places qui vient d’ouvrir dans mon patelin, l’occasion d’aller voir des artistes qui ne sont pas nécessairement ma tasse de thé (et pour qui je ne ferais pas 100 bornes en bagnole ou en train). Van Etten, c’est a priori le cas puisqu’elle officie dans un registre pop/folk qui n’est pas vraiment ma came. Mais force est de constater que, dans cette salle intimiste, ça fonctionne plutôt pas mal et je prends du plaisir à me laisser porter par cette voix particulière. J’achète même un 45T au marchandising pour le souvenir. Je ne retournerais pas rien que pour elle mais si elle passe ne festival, j’irai l’écouter avec plaisir.


The Avener, Reflektor, Liège, 17/04/2015 :

Je trouvais ses reprises (enfin, ses remixes car il s’agit bien de ça) agréables, ma femme aussi et comme il passait dans ma ville à 12€ le ticket, je me suis laissé tenter. Bien mal m’en a pris. Alors que le Monsieur faisait sa promo sur les chaines de télé avec un groupe et des chanteurs (notamment au Grand Journal), il débarque chez moi la bouche en cœur avec sa clef USB et deux platines et vas-y pour une heure de bras en l’air et des cœurs avec les doigts (oui oui, vous voyez ce que je veux dire). L’arnaque totale. Mais bon, les jeunes filles en short en jeans et les hipsters autour de moi ont eu l’air de s’être bien amusé. Tant mieux pour eux.


Starflam, Reflektor, Liège 24/04/2015.

Starflam, groupe de hip-hop liégeois ayant débuté leur carrière dans les années 90, avec quelques hits à leur actif, y compris en France (avec « Amnésie internationale » notamment). C’est un peu les IAM belges, autant dans l’attitude que dans les textes. Après une dizaine d’année d’absence, ils reviennent avec une compile et quelques nouveaux morceaux ainsi qu’un concert initialement prévu dans un hangar culturel avec d’autres groupes de hip-hop dans le cadre d’un mini festival mais rapatrié en catastrophe au Reflektor pour des raisons logistiques. Drôle d’ambiance. La salle vide pour les premières parties (littéralement : j’étais le SEUL dans la salle de 600 places quand le premier concert a commencé. Voir des artistes descendre de scène pour aller chercher les gens, micro en main, au bar, c’est une scène assez hallucinante). Finalement, le public sera présent en nombre pour l’arrivée de Starflam. Public hétérogène entre des familles classiques, des piliers de la scène musicale locale, des supporters du Standard de liège qui chantent des champs de foot entre les morceaux etc. Le son est bien envoyé, le flow est impeccable la plupart du temps même si un chanteur manque à l’appel (Balogi, parti depuis quelques années en carrière solo). Leur rap est old-school et c’est tant mieux. Par rapport aux textes actuels, la différence saute à la figure (sans jouer au vieux con. J’assume de toute façon). J’ai la chance de connaitre un des MC depuis quelques années dans un cadre professionnel : quelques choppes au bar et petite séance de dédicace, retrouvaille avec des vieux potes d’errances nocturnes, pour clôturer une bien belle soirée nostalgie.


Nick Cave, Cirque royal, Bruxelles, 09/05/2015.

Un grand moment dans la vie d’un amateur de musique. Une claque énorme, un des meilleurs concerts de ma vie. L’œuvre du bonhomme me suit depuis des décennies forcément (label Mute, Blixa Bargeld comme bassiste pendant des années etc.). Mais je ne suis pas un connaisseur aguerri de sa discographie. La rencontre avec son répertoire n’en sera que plus plaisante. Le concert (et la date du lendemain) avait été sold-out en moins d’une heure, je pleurais depuis des semaines pour choper une place. Le destin me met dans les mains un siège carré or, deuxième rang à prix coutant. En m’asseyant, je me rends compte que je suis à 5 mètres du micro et quelque chose me disait que j’allais vivre quelque chose de spécial. Et effectivement. Dès son entrée en scène, on est paralysé par le charisme et l’aura de Cave, il est totalement hypnotisant. Les chansons s’enchaînent avec une intensité croissante, alternant piano voix et formule plus classique mais tout en restant assez acoustique (pas trop de saturation électrique). Puis vient un petit moment sympa entre Cave et moi que je ne vais pas répéter ici (voir le topic approprié). Il m’a retourné la tête et pour toujours, ce sera le début tardif d’une nouvelle passion. Au moment où j’écris ces lignes, je ne m’en suis pas encore remis.


Dominique A, Cirque Royal, Bruxelles, 13/05/2015.

De retour dans cette salle mythique que j’adore de plus en plus. Une fois n’est pas coutume, j’y suis pour de la chanson française. Je suis la carrière de Dominique A depuis 1993 (l’album « la mémoire neuve ») même si je l’ai perdu à un moment quand sa musique s’est complexifiée (ce qui est paradoxal au regard de mes goûts). Son dernier album « Eleor » est excellent mais si j’ai une préférence pour l’album préopinant « vers les lueurs »). Ce fût un concert très agréable, même s’il était de facture classique, avec de beaux éclairages et d’excellents musiciens. La console a dû attendre 2-3 morceaux avant de trouver la bonne balance pour qu’on comprenne bien les paroles mais ça s’est arrangé par la suite. Mention spéciale à « Celle Qui Ne Me Quittera Jamais », « Au revoir mon amour » qui touche toujours mon petit cœur tout mou.


Ensturzende Neubauten, Ancienne Belgique, Bruxelles, greatest hits night 27/05/2015

Retour à l’AB pour revoir les Neubauten pour la Xème fois. Pour ceux qui sont ouverts à de nouvelles découvertes, et si vous ne connaissez pas les Neubauten, je vous conseille vivement de tenter le coup et d’aller les voir un jour même si vous ne savez rien de leur répertoire. Les instruments étranges, cette rigueur allemande alliée à l’esprit punk, le charisme de Bargeld et ces compos qui n’appartiennent qu’à eux. Allez voir les Neubauten !


Ensturzende Neubauten, Ancienne Belgique, Bruxelles, Lament show 28/05/2015

Retour à l’AB le lendemain pour leur spectacle concept « Lament » - issu de l’album éponyme qui est une commande d’acteurs institutionnels dans le cadre des commémorations de la première guerre mondiale. Ici le show est vraiment pensé comme une œuvre d’art contemporain où le message est de portée générale et le spectacle total. C’est intelligent et compliqué, beau et effrayant, intellectuel et affectant, joyeux et d’une infinie tristesse. Un peu la définition ultime des Neubauten finalement.


Festival les Ardentes, Liège, 9/10/11/12 juillet 2015

Le festival à taille humaine de mon bled. Les affiches sont en général pas mal, l’ambiance est sympa (ben oui, on est à Liège) même si on reste dans une programmation relativement mainstream et/ou familiale. Mais on trouve de belles pépites. Je vous livre en vrac les bon moments :

- BLACK REBEL MOTORCYCLE CLUB : du rock qui ne demande pas son reste. Attitude, son, clope et perfecto. Bam, bim, boum (dans l’ordre que vous voudrez). Bon moments (à noter les fans de Nicky Minaj qui attendent au premiers rang 6 heures avant le concert de leur idole, assis par terre, dos à la scène, mp3 dans les oreilles : à la place de Peter Hayes, je leur aurais remplacé leurs appareils dentaires par les cordes de ma gratte…)

- METRONOMY : pas mal, une joyeuse bande, tout sourire. Même si leur musique me touche moyennement, je dois dire que c’est efficace et je sautille avec la plaine, en zyeutant quand même la batteuse Anna Prior, avec qui j’irais bien prendre un verre…

- BENJAMIN CLEMENTINE : la belle claque de ce festival. Il passe à un très mauvais moment pour sa musique, en plein après-midi, le soleil encore haut et avec un vent un peu poussiéreux en ce début juillet belge. La plaine cuve un peu et ne l’attend pas vraiment. Le colosse black aux oreilles minuscules (oui, ça m’a frappé) s’installe au piano accompagné de cordes et nous balance son soul jazz absolument envoutant avec une voix rarement entendue. C’est lunaire et absolument resplendissant. Je me sens un peu hors contexte pour apprécier avec mes chaussures de marches, mon vieux baggy et ma bière tiède. Cette musique me conviendrait mieux en costume, dans un club à 3 heures du mat avec un scotch. C’est mon côté dandy…

- HERCULES & LOVE AFFAIR : de la pop house de qualité, gay friendly dans la mouvance des pet shop boys et de la meilleure disco des années 70-80 ainsi que de la High-energy. Pas ma came non plus, mais les mecs assurent le show, c’est vocalement parfait et tout le monde s’amuse, c’est le principal, non ?

- DE LA SOUL & BIG BAND : du hip-hop old school, du bon, du bien, du gai, de la musique et du bon flow. Ring ring ring ! Comme c’était bon.

- LA SMALA : des petits rappeurs belges, bonne attitude, chouettes textes : toute l’énergie de la jeunesse pour les envoyer au firmament du genre s’ils s’en donnent les moyens.

- STARFLAM : deuxième fois sur l’année pour le phare du hip-hop francophone belge. Ils jouent à domicile, mais la plaine est aux abois, après le cabotinage ricains et bling bling de FLATBUSH ZOMBIES. La sauce tarde à prendre mais la sauce lapin finira par se lier. Ils auraient mérité un autre moment de programmation.

- COEUR DE PIRATE : je ne connaissais pas vraiment mais la fille m’a toujours paru sympathique. Et effectivement elle l’est. C’est de la bonne chanson française, des mélodies sympas. De la chanson pour Môman ou ma petite sœur mais assumée et bien tapée. Un beau moment.

- dEUS : le groupe anversois bien connu est un peu les potes des festivaliers belges : tout le monde a vu AU MOINS une fois dEUS dans sa vie. C’était la deuxième fois pour moi (la première je pense que c’était à Werchter en …95). C’est couillu, efficace, bien plus teinté d’électronique que dans ce que j’en avais imaginé. Bref Tom Barman envoie du bois et pour longtemps encore.

- CHARLIE WINSTON : le type que je n’attendais pas. Je suis passé à côté de ce qu’il propose, ses chansons ne me sont jamais restées en tête (n’écoutant jamais la radio) et a priori, ça ne m’intéresse pas. Etant par nature éclectique – et ayant un peu la flemme de courir d’un côté à l’autre du site – je m’installe pour regarder son show, entouré de familles avec des gosses sur les épaules. Je dois admettre que j’ai passé un excellent moment. Le gars est un show man incroyable, a des planches, connais la dynamique exacte qui fera qu’un spectacle ne devient jamais ennuyeux, les lights sont très bien posés, il est sympa et communiquant avec son public. La bonne surprise de ce festival.

- IGGY POP : L’iguane dans mon patelin. Je ne pouvais pas rater ça. A 68 ans, le type est en coulisses trépidant dans son perfecto, sautillant sur place pendant que ses musiciens s’installent. Il déboule sur scène, se retrouve torse poil au bout de deux morceaux et balance ses tubes en ouverture de show pour passer à des morceaux moins connus et intimistes par la suite. J’ai pleuré du début à la fin – de joie et puis un peu de tristesse en ayant conscience que j’assiste à un des derniers tours de piste d’un monument du rock. Iggy est une légende et c’est incontestable.

- NICKI MINAJ : Iggy ayant fini son show un peu plus tôt et la Minaj ayant commencé le sien avec une bonne heure de retard dans la salle d’à côté, j’ai pu assister à la dernière heure du spectacle (après avoir utilisé des subterfuges pour pouvoir y rentrer, la sécurité ayant bloqué les portes à cause du monde..). Ce que j’y ai vu est hallucinant. Une salle bourrée à craquer de jeunes gens explosés aux hormones (moyenne d’âge : 19 ans…), par une température de 50 degrés devant un show à l’américaine dégoulinant de strass, de paillettes, de cul. Ça sent la sueur et le fluide corporel. Quelques morceaux bien chiadés (la prod amerloque, c’est qq chose quand même) même si la fin EDM était aussi digeste qu’une poutine (le plat canadien, pas le chef d’état). J’ai eu l’impression d’assister à une fancy-fair sous extasy. C’est générationnel je suppose.

- KENDRICK LAMAR : la nouvelle star du hip-hop américain a côté duquel j’étais complètement passé. Ça aussi c’est générationnel. J’ai bien aimé, sa musique est plus complexe qu’il n’y parait, les textes sont – parait-il – moins cons que ses camardes actuels, c’est bien produit et rodé. Un peu lent pour moi, je préfère le hip-hop quand les bpm sont plus élevés. Un djeuns m’a dit que plus tard, je pourrais dire que j’y étais. Ben voilà, j’y étais.

Une belle édition des ardentes, qui m’a donné tout ce qu’un festival local peut offrir : de la détente, de la bonne musique éclectique et des découvertes pour pas très cher. Vivement 2016.


Christine and the Queens, Forest National, Bruxelles, 02/10/2015

Deuxième concert de Christine, cette fois pour accompagner ma femme qui m’avait fait une tête au carré parce que je ne l’avais pas emmené au Cirque Royal (faut dire qu’elle ne m’avait pas dit qu’elle aimait). La salle est beaucoup plus grande, pleine à craquer, le light show a été adapté en conséquence (de beaux effets de vrais néons qui répondent aux projections où figurent aussi des néons). Le répertoire s’est un peu étoffé, les arrangements un peu modifiés également. Christine était malade comme un chien mais a mouillé son maillot même si sa voix avait un peu de mal dans les aigus. Un peu de cabotinage (chanter « chaleur humaine » en faisant le tour de la fosse) mais ce qui faut – il n’en faudrait pas plus. Il faudra équilibrer l’ampleur du spectacle si elle continue à faire des salles de plus en plus grandes. Il faudra qu’elle choisisse entre garder l’aspect intime et de proximité de sa musique ou si elle se Madonnafie (d’ailleurs elles ont partagé la scène ensemble depuis cette date). Un bon moment encore, même si j’attendrais que son répertoire se complète vraiment avant d’y retourner.


Ibeyi, Ancienne Belgique, Bruxelles, 09/10/25015

J’avais découvert ce duo des sœurs jumelles franco-cubaines chez Tadei avec le titre « River » et j’avais bien accroché. Le concert était super sympa, un bon contact avec le public même si, sur la longueur, je trouve que pas mal de morceaux se ressemblent. Mais bon, ce n’est qu’un premier album et en multipliant les collaborations, elles pourraient nous servir des track aussi puissants que certains massive attack. C’est tout ce que je leur souhaite. Si vous les voyez passer près de chez vous, allez les écouter.


Blixa Bargeld & Teo Tehardo, Centre Culturel d’Hasselt, 16/10/2015

Side project du chanteur des Neubauten avec son comparse Teo Tehardo (producteur italien qui a signé des prods et des musiques de film entre autres), cette formule a livré un excellent concert dans une salle prévue pour l’écoute dans un confort optimal. Je vous conseille vivement cet album et le mini EP qui y est lié. La voix de Bargeld et les arrangements de cordes tapissés d’effets électroniques donnent toute leur amplitude en live et on est emporté dans un univers à la fois désespéré et féérique. Le regard de Blixa et la beauté de la contrebassiste finissent pour tout emporter.


Dave gahan & Sousavers, La Cigale, Paris, 02/11/2015 :

Que rajouter de plus à tout ce qui a été dit sur les Forum ? Je ne vais pas m’étendre. Le fait d’obtenir deux tickets était déjà magique en soi, voir Gahan dans une si petite salle ne se représentera pas de sitôt. Je ne suis pas fan absolu du travail de Soulsavers, mais j’ai apprécié le rendu en live, avec Gahan qui chante différemment, en se faisant plaisir, loin du barnum DM. Il prenait son pied et nous aussi du coup (il a confirmé cette impression dans une interview le lendemain d’ailleurs. C’était un moment cocon et rare dans une carrière de fan, je ne regrette pas mes efforts pour y être arrivé. Et ça me rassure sur la capacité de Gahan à assurer des shows quand il ne sera plus en état de virevolter et d’exhiber ses tatouages. Une fin de carrière crooner lui ira comme un gant.


Kraftwerk, Le nouveau siècle, Lille, 07/11/2015

Je n’avais pas vu Kraftwerk depuis 2002, époque où ils venaient de passer au tout numérique. J’avais hâte de voir le show 3D et je n’ai pas été déçu (même si ça a tendance à me donner mal au crane). Placé au deuxième rang en plein milieu de scène j’avais toute latitude pour en profiter. Acoustiquement je trouvais que ça n’allait pas assez fort (mais d’autres personnes, placées à d’autres endroits de la salle trouvaient que c’était trop fort, comme quoi…). La set-list était prévisible mais j’ai été très satisfait d’entendre des morceaux plus rares comme space lab. Je trouve que les versions réarrangées se bonifient avec le temps, mention spéciale à Radioactivity qui approche pour moi de la version parfaite. J’ai adoré aussi les versions françaises comme « les mannequins » et « mini-calculateur ». J’aurais vu quelques mythes sur scène cette année…


Aaron, Reflektor, Liège, 03/12/2015.

Découvert grâce à Shine (coucou !) et un peu aussi par le mini tube « u-turn lili », j’ai adoré leur dernier album « we cut the night ». Des morceaux sombres et solaires, de magnifiques mélodies et des arrangements électroniques sobres et léchés sans en faire trop. J’ai appris que l’un des deux avait participé aux arrangements de « Cyclo » de Zazie et je comprends pourquoi c’est mon album préféré. En live, ces différents aspects prennent toute leur mesure, la voix de Simon Buret est magnifique (au contraire de sa chemise de ce soir-là). Pour ne rien gâcher, ces deux-là sont hyper sympas et généreux (j’ai pu le constater hors concert lors d’une séance de dédicaces dans un magasin la veille). Franchement, ils peuvent devenir énormes et je me réjouis de les revoir aux Ardentes 2016.

100window"2016 sera aussi riche"
Avatar de l’utilisateur
100window
 
Messages: 5370
Inscription: 10 Avr 2003, 08:50
Localisation: Liège, en terre surréaliste.

Re: Vos Concerts - Reviews et commentaires

Messagepar frankreich » 09 Fév 2016, 18:01

Ça doit être sympa les Neubauten en live. Je note sur ma liste...
Et puis ce concert de Kraftwerk... :)

En cette fin d'année 2015, je suis allé voir Flavien Berger quand il est passé à Caen dans le cadre du festival "electro" Nordik Impakt.
Vraiment sympa dans l'ensemble, entre le musicien complètement barré et le lightshow très hypnotique. Disons que si vous aimez Kraftwerk, Daho, Suicide et les bandes sons de jeux vidéos 90's, ça va vous plaire.
Am Heimcomputer sitz' ich hier / Und programmier' die Zukunft mir !
Avatar de l’utilisateur
frankreich
 
Messages: 141
Inscription: 26 Déc 2015, 01:24
Localisation: Caen

Re: Vos Concerts - Reviews et commentaires

Messagepar dave1er » 10 Fév 2016, 17:07

Et bien Monsieur 100window, voilà une bien belle Review 2015.
"Le rock français, c'est comme le vin anglais." (John Lennon)
Avatar de l’utilisateur
dave1er
 
Messages: 6554
Inscription: 24 Sep 2005, 11:22

Re: Vos Concerts - Reviews et commentaires

Messagepar VIOLATION » 10 Fév 2016, 19:20

Je vous ferai ma Reviews du concert de Muse après le concert très prochainement à BERCY en VIP (Ah oui c'est Accord Hotel Arena pfff) le 27 février prochain.... avec quelques photos à l'appui
Tour 2017 Global Spirit Tour :
Lille Stade Pierre Mauroy Lundi 29 Mai 2017 (Bloc D02)
Paris Stade de France Samedi 1er Juillet 2017 (Bloc S8)
Paris BERCY 3 décembre 2017 (Porte M rang 19)
Main Square Arras 7 juillet 2018
Avatar de l’utilisateur
VIOLATION
 
Messages: 13714
Inscription: 02 Juil 2002, 19:55
Localisation: Tours (Indre & Loire 37)

Re: Vos Concerts - Reviews et commentaires

Messagepar Shine » 10 Fév 2016, 19:48

100window a écrit:Parce que depuis le 13 novembre, on a perdu un peu d'innocence. Mais on ne doit pas perdre son plaisir et son envie de partager. Qui m'aime me suive.

Je te suis à 200%

Découvert grâce à Shine (coucou !) et un peu aussi par le mini tube « u-turn lili », j’ai adoré leur dernier album « we cut the night ». Des morceaux sombres et solaires, de magnifiques mélodies et des arrangements électroniques sobres et léchés sans en faire trop.

Génial. Je me disais... (j'attendais ta review avec impatience dans le topic). Tout comme toi, je trouve cet album magnifique. Et il prend une autre dimension en live. We Cut The Night et The Leftovers son juste énormes! Simon, c'est une belle personne je trouve. Il m'inspire vraiment la sympathie et la gentillesse. Et j'aime beaucoup sa présence scénique et ses petits pas de danse. Par contre, je suis du même avis que toi : A Denain, la chemise n'était pas mieux (voir mes photos)! :D
Je pense que je vais aller les revoir à l'aeronef fin du mois si j'arrive à me libérer ...

Sinon très très belle review 2015 de tes concerts. Une année bien remplie! Et comme toi, ce 13 nov ne m'empêchera pas de vivre ma passion et de me retrouver dans les salles de spectacles!
Avatar de l’utilisateur
Shine
Admin
 
Messages: 8995
Inscription: 15 Mar 2002, 20:52
Localisation: (59)

Re: Vos Concerts - Reviews et commentaires

Messagepar yann » 14 Mar 2016, 11:13

Pour Kraftwerk, oui, j'étais à l'étage au 3è rang et je trouvais parfois le son trop fort.Sinon super show..mas gamins qui ont été décus de ne pas voir DM à Lille , ont assisté à leur premier concert avec Kraftwerk et ont adoré.Depuis Robots et Radioactivity tournent en boucle à la maison...
Avatar de l’utilisateur
yann
 
Messages: 3477
Inscription: 01 Déc 2005, 18:41

Re: Vos Concerts - Reviews et commentaires

Messagepar GUIZMO » 24 Mai 2016, 14:42

Quelqu'un est allé voir Radiohead au Zénith ?
Avatar de l’utilisateur
GUIZMO
 
Messages: 1469
Inscription: 31 Oct 2003, 00:40
Localisation: Wattignies 59

Re: Vos Concerts - Reviews et commentaires

Messagepar 16 Decoy Avenue » 04 Juin 2016, 19:44

PJ Harvey Le Bikini Toulouse le 2 juin 2016

Première fois que je vois l’anglaise sur scène. Présent le deuxième soir, le guichet est fermé comme la veille, dans un endroit dont la réputation n’est plus à faire, dans une configuration à 1200 personnes …

Au son de Chain Of Keys la troupe de musiciens toute vêtue de noir arrive sur scène d’un pas solennel et quasi funéraire annonçant une célébration peu commune.
Au milieu de la file composée de solides gaillards, une silhouette bien plus frêle se détache, un peu oiseau mais assurément femme, armée d’un saxophone, elle est l’icône attendue.
Elle n’est pas loquace envers l'audience, tout juste un merci en fin de show, pourtant sa voix est parfaite et tout simplement authentique. Son expression est définitivement ailleurs, dans sa musique bien sûr, et surtout dans son interprétation. Elle traduit la poésie de son univers par sa gestuelle, ses postures, ses regards et quelques petits pas qui prouvent si besoin l’était que la miss est aussi une séductrice.
Le show est millimétré, John Parish en est le chef d’orchestre qui coordonne le tout. Mick Harvey est là aussi. Une heure trente où Polly Jean Harvey va livrer la quasi-totalité des titres de son dernier album The Hope Six Demolition Project. Peu de place pour les anciens albums, un choix visiblement assumé qui démarque des habitudes de certains artistes qui s’appuient parfois trop sur leur back catalogue.

Setlist
1 Chain Of Keys
2 Ministry Of Defence
3 The Community Of Hope
4 A line in The Sand
5 Let England Shake
6 The Glorious Land
7 The Orange Monkey
8 50ft Queenie
9 Down By the Water
10 When Under Ether
11 Medicinals
12 To Bring You My Love
13 The Wheel
14 Dollar Dollar
15 The Ministry Of Social Affairs
16 River Anacostia
Encore
17 Working for the Man
18 A perfect Day Elise

L’ensemble est certes un peu court mais quelle intensité. Definitly it was A Perfect Day….
Sometimes I forget all I will regret when I leave this world behind. It happens all the time

Bong And Stumm
Avatar de l’utilisateur
16 Decoy Avenue
 
Messages: 1048
Inscription: 24 Juin 2005, 17:17

Re: Vos Concerts - Reviews et commentaires

Messagepar GUIZMO » 17 Oct 2016, 22:38

Excellent concert des Red hot à Bercy hier où compte tenu de mon heure tardive d'arrivée dans la salle je n'ai pas remarqué de changement notable mis à part la nouvelle couleur des sièges, la fosse m'a semblé être de la même taille.
Comme à leur habitude la scénographie était superbe, avec des centaines de lampes qui descendaient du plafond et s'animaient au rythme de la musique, c'était super joli à regarder : https://www.youtube.com/watch?v=kcmCmKh4AR4, les visuels derrière eux étaient également très réussis.
Même si il ne saute plus comme un cabri Kiedis reste un super showman. Flea (dont c'était l'anniversaire et auquel on a chanté comme il se doit la traditionnelle petite chanson :mrgreen:) se démène toujours autant sur scène, il court partout, saute, fait le poirier, parle beaucoup vraiment très sympa. Par ailleurs il semble vraiment bien s'entendre avec Josh Klinghoffer qui a interprété en français "je suis venir te dire que je m'en vais" ce qui a fait son petit effet sur la salle. Sans être une spécialiste de la guitare je le trouve très bon. Coup de pot je suis tombée le soir d'under the bridge mais de fait nous n'avons pas eu Aeroplane dommage.
Je dirais que le seul bémol de cette soirée c'est la durée du concert, ils auraient pu , vu l'étendue de leur répertoire mettre trois quatre chansons en plus.
Vivement Anvers. :D
Avatar de l’utilisateur
GUIZMO
 
Messages: 1469
Inscription: 31 Oct 2003, 00:40
Localisation: Wattignies 59

Re: Vos Concerts - Reviews et commentaires

Messagepar frankreich » 05 Juil 2018, 03:03

DAVID BYRNE - Philarmonie - Paris - 3/7/18

David Byrne, pour la faire courte, c'est l'ancien chanteur du groupe Talking Heads (formé en 1975, dissout définitivement en 1991) et l'un des artistes américains les plus intéressant des trente dernières années. Il a sorti une poignée d'albums importants dans l'histoire du rock, avec son groupe (je pense à "Remain In Light"), en collaboration (là à "My Life In The Bush Of Ghosts" avec Brian Eno, pour ne citer que lui) ou en solo ("Rei Momo"; "Feelings"). Il a sorti son premier album solo en 14 ans en mars dernier, à savoir le sympathique "American Utopia".

Fan de David Byrne et de Talking Heads depuis un bon moment, j'ai sauté sur l'occasion, trop rare, de voir ce génie de la musique en live à Paris le 3 juillet dernier. Au début de l'année, au moment ou j'ai réservé deux places (une pour mon frère, une pour moi), je ne savais rien encore de la future tournée qui venait alors de débuter aux États-Unis. Au fil des mois et des concerts, des informations sur la teneur des shows, des photos et des vidéos ont commencé à fuiter, et j'ai tenté tant bien que mal de m'éviter du spoil... Malgré tout, succombant à l'envie d'aller zieuter ce qui m'attendait, j'avais bien compris que Byrne serait entouré de musiciens totalement mobiles (instruments inclus) sur une scène complètement vide. Je savais également qu'il allait jouer quelques morceaux de Talking Heads et des grands classiques de sa discographie solo...

Arrivé le soir du concert, après une chaude journée d'été passée à arpenter les rues de Paris, nous nous sommes dirigés vers la très belle salle Pierre Boulez de la Philarmonie de Paris. Ne disposant pas d'un budget très élevé, nous nous sommes contentés de places sur le dernier balcon, places (assises !!!) qui au final se révéleront très utiles, dans un premier temps pour admirer l'architecture folle de la salle, dans un second temps pour apprécier pleinement l'esthétique du concert de Byrne. Mais avant ça, nous avons droit à une première partie, celle de Laura Mvula ; chanteuse black à la voix soul absolument magnifique malheureusement un peu gâchée par la musique ambient minimaliste jouée par son batteur/claviériste, rendant l'ensemble assez ennuyeux et soporifique, comme n'hésitera pas à nous le faire remarquer notre voisine de rangée pendant l'entracte entre les deux artistes. :lol:

Le concert de Byrne démarre donc vers 21h40, et va durer presque deux heures. La musique de "Here", morceau extrait de son dernier disque retentit doucement; rideau fermé et scène obscure. Un projecteur s'allume. La scène est vide à l'exception de Byrne, assis devant une table sur laquelle est posée une maquette de cerveau humain. Alors que la chanson commence à s'envoler sur un ton assez tranquille, Byrne chante les paroles en montrant "son" cerveau à la volée. Il est pieds nus et habillé avec un élégant costard gris clair (qui deviendra vite noir avec la transpiration), mettant en valeur sa crinière de cheveux blanc qui brillent sous les projecteurs. Autour de lui, disposé en carré autour de la scène (ce que j'avais au début pris pour une guirlande de leds), des chaines éclairées par des petits projecteurs (d'où l'effet "leds") soulevées petit à petit pour atteindre une hauteur d'environ 6m, créant une sorte de mur autour de la scène. Alors que le morceau se termine, une partie des musicien du groupe font leur entrée en traversant les chaines. Évidemment, ils sont tous habillés comme le chanteur (pieds nus avec le même costard gris).

"Here" se termine et s'enchaine avec "Lazy", un morceau composé pour l'album "Grown Backwards" et à l'époque remixé par Xpress2, duo de DJs qui ont contribué à faire le nom du morceau dans les charts club en 2004. D'emblée, l'ambiance s'électrise, les gens se lèvent et se mettent à crier et à danser. La totalité du groupe est présente sur scène, douze musiciens en tout (Byrne compris), tous entièrement mobile sur la scène, chacun transportant son instrument à la manière d'un orchestre de fanfare (un type avec une grosse caisse; un autre avec une caisse claire, deux trois types avec des percussions; un avec des toms; un avec des cymbales; un claviériste; un bassiste et une guitariste, plus deux choristes). A la fanfare se joint une sorte de ballet, puisque les musiciens bougent de manière chorégraphiée sur une scène entièrement vide, groovant à l'unison sur les plus grands morceaux du père Byrne, à savoir "I Zimbra".

Pour la seconde fois, les cris de joie retentissent et cette fois-ci, la salle entière se lève (enfin, à l'exception de notre balcon, où le public accueille le titre dans une indifférence polie et je me demande comment c'est possible de se retenir de danser devant une telle dose de funk). L'arrangement, assez minimaliste (deux guitares, une basse, beaucoup de percus), reste donc très dansant. Y succède directement la première grosse surprise de la soirée, à savoir "Slippery People", titre terriblement funky mais relativement peu connu composé avec les Talking Heads sur l'album "Speaking In Tongues", ce qui va achever d'enflammer la salle, sauf pour les comateux des balcons supérieurs. Le concert se poursuit ensuite, enchainant les titres du nouvel album ("Everybody's Coming To My House"; "Dog's Mind", "Doing The Right Thing"), les titres inattendus ("I Should Watch Tv" extrait de l'album composé avec St.Vincent, ici dans un arrangement synth-pop des plus excellents où "Toe Jam", un morceau bien rythmé écrit en collaboration avec Fatboy Slim pour l'album "Here Lies Love" en 2010), les "classiques" avec l'enchainement "This Must Be The Place"/"Once In A Lifetime" pour le plus grand plaisir du public, et puis l'énorme surprise de "Born Under Punches" en plein milieu du set, dans un arrangement absolument parfait mais malheureusement bien trop court à mon goût. Byrne nous délectera quand même d'un joli solo de Strato en tentant tant bien que mal d'imiter les solos du génial Adrian Belew qui a joué avec Talking Heads (mais aussi avec Bowie et King Crimson) sur la monumentale tournée "Remain In Light" il y a de ça 38 ans...

David Byrne reste également très politisé, même pendant le concert, où il n'hésite pas entre les morceaux à prévenir les français des dangers du populisme, de l'état des choses chez lui aux States ou de l'importance du vote en démocratie. Toujours dans l'humour, il ne se prive pas non plus de balancer deux-trois vannes et de se marrer de bon cœur. Du grand Byrne, quoi.

La deuxième partie du set est une montée en apothéose, qui commence avec "I Dance Like This", morceau extrait du dernier album "American Utopia". Si le titre est assez mou sur le disque, il prends toute sa substance sur scène, dans un arrangement pour lequel les parties "robotiques" deviennent carrément industrielles, stroboscopes et riffs de guitares puissantes à l'appui. Suivent une légère baisse de rythme avec l'enchainement "Bullet", et "Everday Is A Miracle", qui fait se rasseoir la salle avant le "grand finale", qui commence tout d'abord sur un "Like Humans Do" magistral (l'hymne choisi par Bill Gates pour ses Windows XP, le morceau était disponible sur tous les ordinateurs); se poursuit avec un très funky "Blind" (titre de Talking Heads enjolivé par le magnifique jeu d'ombres et de lumière sur les chaines de la scène) avant de se conclure sur un "Burning Down The House" qui fera définitivement exploser la Philarmonie sur cette diablerie de funk new-wave. Les comateux commencent enfin à se réveiller, se rendre compte qu'il ne sont pas au cinéma, et se lèvent pour danser... :lol: :twisted:

Byrne et ses musiciens quittent rapidement la scène, avant de revenir jouer un autre morceau composé avec Fatboy Slim (enfin il me semble), à savoir la terriblement funky "Dancing Together", évoquant le meilleur de Prince. La dernière grosse surprise de la soirée, ce sera la performance MONSTRUEUSE d'un "The Great Curve" (titre de Talking Heads extrait de "Remain In Light") complètement fou, dans lequel groove africain, solos de guitares et chant s'entremêlent parfaitement pour créer le morceau funk parfait. Jamais je n'aurais cru assister à une telle performance en concert, et pourtant... Le concert se termine sur une chanson dont je n'ai pas retenu le nom, accompagnée de percussions puissantes uniquement, qui rend hommage à toutes les personnes tuées lors de meurtres raciaux aux États-Unis.

Le concert se termine là-dessus, je suis couvert de sueur (il faisait trés chaud dans la salle Pierre Boulez) et j'ai les oreilles qui bourdonnent, ce qui est ma foi plutôt bon signe. Le concert était tout simplement exceptionnel, et David Byrne a su me ravir au plus haut niveau. Mon frére, pourtant au premier abord peu sensible à la musique d'un tel énergumène, fut visiblement lui aussi très séduit, en particulier par les passages plus "percussifs". La performance, sorte de fanfare/ballet funky accompagné d'un lightshow incroyable m'a époustouflé, et je dois dire qu'en effet, étant assez proche de l’œuvre et des tournées de Byrne, c'est ce qu'il a pu faire de mieux en termes de scénographie et de show depuis <i>Stop Making Sense</i>, sinon la tournée qui a suivi l'album <i>Feelings</i> en 1998. Le seul point négatif qu'il faudrait peut-être formuler serait le minimalisme musical du groupe, avec des arrangements bien plus axés sur les percussions (au total six percussionnistes sur les douze musiciens présents sur la scène, quand même) que les mélodies. Quand bien même, le show était tout ce qu'il y a de plus génial, et à 66 ans, Byrne sait encore hypnotiser la foule comme personne... :D

Note pour ceux qui voudraient voir le show : Byrne sera de retour à Paris (le Zénith) le 5 novembre prochain. Un conseil, ratez pas un concert aussi bon ! :mrgreen:
Am Heimcomputer sitz' ich hier / Und programmier' die Zukunft mir !
Avatar de l’utilisateur
frankreich
 
Messages: 141
Inscription: 26 Déc 2015, 01:24
Localisation: Caen

Précédente

Retourner vers Autour de Depeche Mode

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités