SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

They talk and they talk. Discussions autour d'un titre ou d'un album, en studio ou en live.

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar dirty » 30 Avr 2017, 22:31

Harkonnen a écrit:alors en fait je change complètement d'avis sur ce disque. Je l'ai d'abord écouté sur une mini-chaine Lg (support CD) puis en voiture. Album correct, mais sans plus.
Là ça fait plusieurs fois que l'écoute sur ma "vraie" chaine (Sony, éléments séparés avec enceintes JBL) et ça n'a rien à voir, c'est un très bon disque avec un travail sur le son vraiment fabuleux. Alors évidemment, à l'heure où tout le monde écoute de la musique sur son téléphone, ça peut sembler dater d'un autre âge (et c'est certainement le cas) mais merci à eux et à leur producteur de fournir des ouvres d'une telle qualité. Le disque rejoint illico mon top personnel, il faut dire que j'adhère totalement à leur virage électro blues.
Et que je suis peut-être le seul du forum à écouter régulièrement Sound.




Tout à fait d'accord. J'écoute Spirit sur de la Hifi (Ampli lampe audioresearch, enceinte Kef...). Ca donne encore une autre dimension à l'album. Un vrai bijou. J'adore.
Ecouter la musique dans la voiture ou le téléphone c'est sympa, mais ca ronge une part de l'oeuvre de l'artiste.
Imaginer enlever 100 pages à "voyage au bout de la nuit" ...
Avatar de l’utilisateur
dirty
 
Messages: 148
Inscription: 25 Jan 2013, 18:44

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar Americangigolo » 01 Mai 2017, 02:35

dirty a écrit:
Harkonnen a écrit:alors en fait je change complètement d'avis sur ce disque. Je l'ai d'abord écouté sur une mini-chaine Lg (support CD) puis en voiture. Album correct, mais sans plus.
Là ça fait plusieurs fois que l'écoute sur ma "vraie" chaine (Sony, éléments séparés avec enceintes JBL) et ça n'a rien à voir, c'est un très bon disque avec un travail sur le son vraiment fabuleux. Alors évidemment, à l'heure où tout le monde écoute de la musique sur son téléphone, ça peut sembler dater d'un autre âge (et c'est certainement le cas) mais merci à eux et à leur producteur de fournir des ouvres d'une telle qualité. Le disque rejoint illico mon top personnel, il faut dire que j'adhère totalement à leur virage électro blues.
Et que je suis peut-être le seul du forum à écouter régulièrement Sound.




Tout à fait d'accord. J'écoute Spirit sur de la Hifi (Ampli lampe audioresearch, enceinte Kef...). Ca donne encore une autre dimension à l'album. Un vrai bijou. J'adore.
Ecouter la musique dans la voiture ou le téléphone c'est sympa, mais ca ronge une part de l'oeuvre de l'artiste.
Imaginer enlever 100 pages à "voyage au bout de la nuit" ...


Ca sonne surement mieux c'est certain mais pour des albums comme Violator et MTFM pour ne citer que les meilleurs, pas eu besoin de materiel audio sophistique pour realiser que c'etait des chef-d'oeuvres...
Avatar de l’utilisateur
Americangigolo
 
Messages: 20
Inscription: 23 Mar 2017, 22:13
Localisation: USA

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar ventilateur » 01 Mai 2017, 09:34

Americangigolo a écrit:
dirty a écrit:
Harkonnen a écrit:alors en fait je change complètement d'avis sur ce disque. Je l'ai d'abord écouté sur une mini-chaine Lg (support CD) puis en voiture. Album correct, mais sans plus.
Là ça fait plusieurs fois que l'écoute sur ma "vraie" chaine (Sony, éléments séparés avec enceintes JBL) et ça n'a rien à voir, c'est un très bon disque avec un travail sur le son vraiment fabuleux. Alors évidemment, à l'heure où tout le monde écoute de la musique sur son téléphone, ça peut sembler dater d'un autre âge (et c'est certainement le cas) mais merci à eux et à leur producteur de fournir des ouvres d'une telle qualité. Le disque rejoint illico mon top personnel, il faut dire que j'adhère totalement à leur virage électro blues.
Et que je suis peut-être le seul du forum à écouter régulièrement Sound.




Tout à fait d'accord. J'écoute Spirit sur de la Hifi (Ampli lampe audioresearch, enceinte Kef...). Ca donne encore une autre dimension à l'album. Un vrai bijou. J'adore.
Ecouter la musique dans la voiture ou le téléphone c'est sympa, mais ca ronge une part de l'oeuvre de l'artiste.
Imaginer enlever 100 pages à "voyage au bout de la nuit" ...


Ca sonne surement mieux c'est certain mais pour des albums comme Violator et MTFM pour ne citer que les meilleurs, pas eu besoin de materiel audio sophistique pour realiser que c'etait des chef-d'oeuvres...

J'adore MFTM mais je ne pense pas que beaucoup de personnes ont considéré cet album comme un chef d'œuvre à sa sortie (ou maintenant) même sur du matos haute technologie...
Depeche Mode. What else ?
_
Avatar de l’utilisateur
ventilateur
 
Messages: 5085
Inscription: 12 Oct 2005, 13:31

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar Vivre Avec Depeche Mode » 01 Mai 2017, 09:47

L'atmosphère cendrée de la conférence de presse il y a déjà de cela six mois me laissait pour la première fois sceptique, dubitatif. Scepticisme aussi quant à ma situation, à ma capacité de réception. Première confiance conquise en voyant le film de Corbijn. Transport total et énergie authentiquement modienne retrouvée à l'écoute de Spirit. D'où cette tentative de vous la faire partager à l'écrit, longuement. Dates précisées pour mes amis sur le mur bleu. Et votre pardon pour les dernières coquilles.




Après un nombre considérable d'écoutes et avant le grand tourbillon de la prochaine tournée, je peux enfin prendre le temps de mettre quelques mots sur l'opus 14 de Depeche Mode. Que ce soit sur la platine du salon, en revenant de mes établissements ou de Paris dans la nuit, les quarante trois minutes et vingt trois secondes passent toujours très vite, comme un éclair et un véritable concentré d'émotions. Chez soi, on se dit qu'on va mettre le disque pour initier une action ordinaire, et finalement il nous accompagne toujours jusqu'au bout, ni vu ni connu, mais bien entendu. Dans Spirit ce qui est dit, prôné, scandé est sans espoir. Seule une nouvelle fois la musique, dans sa fonction esthétique, donnera l'élan vital et la pleine justification de l'écoute, sans fermer les yeux sur le texte pour autant. Jamais Depeche Mode n'avait réussi à combiner aussi bien le désespoir sincère et sec des paroles avec le souffle de la musique.

Depuis sa sortie, on a souvent comparé Spirit à Black Celebration ( 1986 ). Mais ce dernier est d'une noirceur beaucoup plus sage, enrobée, adolescente et finalement détachée en comparaison de la douleur en chair et en os qui résonne dans Spirit. Album sans réelle unité mais d'une profonde cohérence dans son processus de recouvrement pessimiste des choses, des situations et du monde. Flux dont la représentation sonore globale ne fait place qu'à la verticalité, encore plus que Delta Machine ( 2013 ), un peu comme ces exercices idiots de notre ancienne école qui nous demandaient de réaligner des pans verticaux de la même image découpée en stries pour retrouver la photo initiale. Sauf que les représentations de Spirit, bien que très âpres au premier abord, n'ont rien d'idiot. L'une des traditions, connaissant de faibles et rare exceptions, consiste à inaugurer la traversée par une introduction instrumentale visant à nous élever, à quitter le sol, jusqu'à l'expérience du concert. Pour l'instant sur les dates de la tournée promotionnelle, l'introduction est une simple note synthétique fluctuante, servant pourtant de diapason, ou tout simplement de premier enveloppement sonore fondamental, avant les deux notes péremptoires arrachées à la guitare, celles qui commencent exactement l'album. Finie la colle aspirante de Delta, fini le chaos de Sounds of the Universe. Nous entrons dans la musique sans vraiment nous en apercevoir, sans vraiment décrocher par rapport à notre quotidien, dans une ambiance bluesy assez sobre mais déjà martelée, toujours conditionnée par ses deux notes de guitare qui ressortent encore mieux au concert. Nous restons sur terre car il s'agit de nous faire ouvrir les yeux sur ce que nous sommes et faisons, non plus sur ce que nous rêvions ou concevions dans Welcome To My World ( 2013 ).

Nombreux sont les chanteurs et groupes qui tentent l'entreprise dite de l'engagement, l'intention l'emportant parfois sur l'ensemble du projet. Mot de « message », certainement le plus horrible à entendre dans le lexique de la critique musicale populaire. Je défends une nouvelle fois mon groupe en posant que de ce point de vue il n'est pas tombé dans le panneau. Il n'est qu'à apprécier les subtils jeux de renvoi culturels et symboliques à l'oeuvre dans le film de Corbijn réalisé pour Where's The Revolution ( je vous renvoie à mon autre article sur le sujet ) pour comprendre que Depeche Mode s'est frotté à l'idéologie critique simplement parce qu'ils sentaient qu'il était temps de le faire, que cela convenait à un état d'esprit suffisamment puissant pour s'étendre à la l'écriture, s'exprimer en musique, jusqu'à y consacrer des heures et des heures en studio.

C'est la première fois dans ma relation à un album de Depeche Mode que j'accorde autant d'importance au texte alors que d'autres fans ici semblent l'avoir délaissé. C'est probablement aussi la première fois que le texte apparaît autant dans sa simplicité, sa nudité et son réalisme, à l'exception peut-être des premières compositions de Gahan comme I Want It All ( 2005 ). Going Backwards dépeint la nature humaine et son confort court termiste en ce début de XXI è siècle. Les griefs, nous les connaissons tous. Mais qu'une chanson nous les redonne avec autant de panache et d'évidence, sous la bouche de ceux que nous admirons depuis toujours et que nous pensions pour diverses raisons en dehors de ces préoccupations, est touchant. Pour la première fois, une tentation forte de traduire. « Nous régressons, partons en arrière. » Je pourrais tout traduire mais invite plutôt au processus de désenchantement par l'écoute. Encore, toutefois, avec quelques décorations propres à notre langue : «  nous n'avons pas le respect, nous avons perdu contrôle » ; « la misère s'empile, on peut l'analyser via nos satellites, la contempler de manière synoptique, voir les hommes mourir en direct mais on ne ressent rien dedans, il n'y a rien là dedans ». Liste incantatoire de nos envies et de la connerie universelle en guise d'ouverture. Du Cioran sans le style, mais un effet dévastateur semblable, porté par la musique, dans la contradiction de l'élan, comme toujours chez Depeche Mode. Combien de fois n'avons nous pas envie d'ouvrir les bras à l'écoute de certains refrains ? A ce titre, les poses christiques de Dave Gahan sur scène n'ont rien de gratuit. Divers courants passent dans leur morceau qui soudain respirent encore mieux, s'ouvrent, d'où cette musique « large » dont parle encore le chanteur à propos du passage au concert . Le phénomène se produit au refrain de Going Backwards alors que le propos tombe dans sa dimension la plus sombre. Le refrain scabreux ouvre ses chakras musicaux et nous prend en otage de notre propre condition humaine. Nous voilà, avec Depeche Mode, une nouvelle fois eus. Vous pensiez avoir soulevé avec eux tous les couvercles, vous faites erreur. Suffer Well ( 2005 ) en comparaison paraît gentillette et distanciée. Ici, tout est concerné, narquois, sardonique, jusqu'aux choeurs chatoyants de Martin approuvant dans la fantaisie le vide qui se creuse en nous : «  nothing inside ».

Going Backwards est un contexte qui attend sa question. Comme Heaven à la suite de Angel, Where's The Revolution, déjà connu dans son existence en solitaire, s'encastre parfaitement dans le tout. Il se réécoutera sans difficulté, sortant à chaque fois renforcé de cette tardive intégration. On peut dès lors ajouter quelques remarques à la première description que nous en avions faite. Le morceau possède lui aussi ses brefs accords initiaux, en forme de petites boucles qui ont la même fonction d'implantation que ceux entendus au début de Walking In My Shoes ( 1993 ). Contre les lectures médiatiques hâtives et intéressées, on rappellera le fait que le morceau n'est pas un appel à la révolution mais qu'il ne fait qu'interroger, ce qui ne retire rien à sa puissance évocatrice et réflexive sur le temps présent et l'Histoire.

A la fin de Where's The Revolution une attente d'auditeur longtemps entretenue est une première fois satisfaite comme elle le sera régulièrement pendant l'album, lui donnant ainsi l'un de ses rares fils conducteurs : le dépassement du morceau par les basses. Poreuses, typiquement goriennes, basses de nuque ouvrant chaque terminal. Bien rondes et cracheuses comme je les aime. Juste ce qu'il faut de sur présence, aux portes de la saturation. Ce grave impérieux se fera réentendre par déversements entiers, coulées de lave dans les conclusions de Cover Me, Poison Heart et Poor Man, avec une infatigable gourmandise dans l'amplification. L'idée selon laquelle les productions intermédiaires solo de Martin Gore sont comme le laboratoire du prochain Depeche Mode est totalement confirmée ici. On retrouve clairement dans ces conclusions charbonneuses les sons rappelant la structure imposante de Brink dans MG ( 2015 ). Les enveloppants soufflets et coussinets de Blade seront encore pour Cover Me, afin d'exprimer la douceur et la volupté. Ils arrivent surtout avec bonheur dans The Worst Crime qui est l'un des chefs d'oeuvre de l'album.

Avec ce troisième morceau, l'échec restitué ne se constate plus dans la sphère publique ou terrestre mais dans la sphère privée, terrain plus habituel du groupe. Ce tableau en noir et blanc que Martin nous demande de nous figurer au premier couplet, on le voit aussitôt. Ce square et ce groupe inconnus auquel on est convié par la politesse de la mélancolie parce que plus rien nous rattache à lui, on le voit dans l'instant, avec ces bancs striés et ces enfants qui jouent autour. L'amer constat peut alors se déployer tranquillement, résonner terriblement dans le cœur et les neurones-miroir de celui qui vit la rupture ou le deuil. Arrêts scandés et silences comme des enfoncements de clous dans la main et le bois. Miracle, une nouvelle fois, entre un Martin composant et se transposant parfaitement dans la voix de Dave. Le chanteur épouse le texte avec beaucoup de retenue, il susurre, chantonne presque parfois : inénarrables «  Now we have no excuses », «  So we're preparing the nooses ». La procession mélancolique est guidée par le rythme qui gagne en pistes et supports à chaque nouveau couplet, jusqu'à la batterie de James Ford, en plus des nappes synthétiques en brouillard lumineux qui sont l'une des plus belles subtilités du mixage dans cet album.
Ford est donc intervenu non seulement en superviseur mais de manière active, efficiente, par l'instrument. La batterie qui s'invite dans le confortable studio numérique de Depeche Mode, voilà un nouveau symbole marquant le temps dans la production. Elle plante le décor de journées de prises beaucoup plus tendues, moins routinières que celles sublimées dans les longs et jolis films tournés pour Sounds Of The Universe. Ces derniers témoignaient d'un vrai bonheur de la création, mais dans la tranquillité. Cette fois aucune trace filmique qui nous est donnée, aucune mise en scène du travail pour le moment, il nous reste seulement dans quelques interviews l'écho d'un rythme beaucoup plus soutenu imposé par Ford ainsi qu'une bonne engueulade entre Martin et Dave. Le malaise de ce qui est développé de manière réaliste dans l'album a eu comme effet le rappel de l' insociable sociabilité dans le travail, avant même l'arrivée de la tournée. «  Au boulot les gars ! » semble avoir été l'un des rappels récurrents durant ces semaines de studio, au grand désespoir de Fletch, certainement. Cette omniprésence de la batterie dans les morceaux n'est pas pour rien.
Que Monsieur Ford soit remercié pour son entêtement et sa provocation de la colère des dieux. On obtient au final un album nettement plus maîtrisé, entier et vivant que Sounds Of The Universe. Désormais, Delta paraît lui aussi beaucoup plus souple et aérien, plus rond même, mais surtout inégal, bien qu'il reste une belle et généreuse réussite avec ces quatre titres complémentaires.


Ce que Spirit s'approprie des carrières solo touche aussi à l'atmosphère des mélodies. On regarde alors cette fois du côté de Soulsavers, y compris pour les thèmes de Gore. Mélodie reste toutefois un grand mot. Les écarts d'écriture dans les thèmes sont restreints, beaucoup de chanté-parlé, de demi tons, dans l'esprit non seulement de notre temps mais encore de celui de ce disque-là, foncièrement industriel et pessimiste. On croit aux premières écoutes renouer avec des morceaux de Soulsavers qui auraient été laissés de côté, c'est le cas pour le début de The Worst Crime et Cover Me. Mais avec la patiente et constructive fréquentation, ces réductions se dissipent vite. Spirit, c'est un peu du Soulsavers, augmenté d'une cuirasse gorienne.

Si unité il y a ( quel que soit le critère sur lequel elle repose, c'est bien elle que l'on poursuit à l'achat et à l'écoute d'un nouvel album ), elle ne se ressent pas dans l'enchaînement des morceaux comme c'était le cas pour Delta ou, jusqu'à la perfection, dans Violator (1990 ). Dans ce sens, il n'est pas non plus possible de définir une véritable progression. La seule unité, et peut-être la plus importante, s'éprouve tout simplement dans l'écoute et dans sa toujours confondante impression de rapidité. Ainsi que sur un plan thématique ; on pourrait modifier le sous titre de Playing The Angel pour obtenir : « fail and violence in various tempos ».


L'auditeur parvient malgré tout à se raccrocher à divers rôles stratégiques que certains morceaux jouent de manière canonique depuis assez longtemps dans les albums de Depeche Mode. Scum, c'est clairement le morceau expérimental que l'on voyait en My Little Universe ( 2013 ). No More rappelle l'enracinement « synthé pop » qui a fait la notoriété du groupe et que  Happens All The Time ( 2013 ) ou encore, de manière plus marquée, Lilian ( 2005 ) représentaient encore. Mais cet épisode censé être plus rafraîchissant est lui aussi absorbé par le noir du temps. Le refrain aux paroles simplissimes n'est pas aussi généreux qu'il pourrait l'être et, surtout, le son pop garçons coiffeurs est envahi de basses très imposantes qui commentent capricieusement le discours de Dave Gahan, comme des pales d'hélicoptères démantibulées. Age d'une sécheresse synthétique dont on ne veut plus. Déroutant et rassurant.
Autre figure imposée modienne qui ressort clairement de ce fascinant mille feuilles de poussière : la plage rock, sèche, narquoise et nasillarde. Il en faut, à chaque fois. Dura lex : Soft Touch / Raw Nerve ( impossible pour moi ), Miles Away / The Truth is ( 2009 ), voire The Dead Of Night ( 2001 ). Ici c'est le sirupeux So Much Love qui remplit cette fonction. Avec beaucoup de panache je l'avoue. Tiens ! de l'amour... comme c'est étrange. Nuance, cet amour-là est physiologiquement situé. Regardez où et comment Gahan l'illustre sur scène au moment de lancer le pervers «  there is so much love in me » et vous comprendrez... Ce qui porte le morceau au dessus de son bourdon de basse volontairement étriqué, ce sont trois notes de guitare réverbérées qui ajoutent parfaitement à l'atmosphère sadienne du morceau, un peu dans le prolongement de Corrupt ( 2009 ) qui d'ailleurs a été retenu pour la nouvelle tournée, ce qui n'est pas un hasard. En cela le morceau passe très bien dans un moment « obligé » que je redoute habituellement.

Côté « expérimentation » c'est donc à Scum que revient ce rôle, bien qu'on serait tenté d'appliquer ce terme à l'ensemble de la production. Pas surprenant donc qu'on trouve le réacteur mental principal de l'album dans ce titre.
Localisez la boule de feu synthétique, partant du grave encore une fois, faite de plusieurs couches et qui amorce irrémédiablement le terrible « Pull the triger ! » ( appuie sur la gâchette ). Aimant sonore toujours surprenant à chaque nouvelle écoute sur lequel viennent se coller tous les effets les plus grossiers. Ce morceau circulaire rempli de violence fonctionne à merveille.
Encore plus près de la grossièreté comme cela peut arriver avec Depeche Mode sur certains titres, on écoute ensuite You Move, sorte d'apologie du strip tease sur barre pole dance en plein harem, avec en fond un drame conjugal qui aurait lieu dans la chambre d'un Motel middle class. Si vraiment il y avait un morceau à bannir de l'écoute en continu, ce serait celui-ci, ce que j'ai fait aux premières écoutes. Puis c'est une autre dimension plus ouverte du tout qui m'a conduit à réintégrer le morceau dans le processus. Si je raisonne du point de vue d'une écoute globale, You Move intervient pour augmenter l'effet de crise esthétique et non plus seulement morale, instauré par Scum et que Cover Me vient calmer. Ce dernier qui a fait beaucoup parler de lui serait presque un moment d'apaisement, de consolation, avec une nouvelle fois ces belles respirations de Blade et des choeurs qui rappellent les voix féminines de Soulsavers. C'est sans compter l'ironie qui une nouvelle frappe à la porte de la structure. La musique console certes, mais on est avant tout en droit de l'attendre des mots, sauf que Dave s'arrête de chanter disons au premier tiers du morceau, il est parti pisser. Nous restons donc face à nous même avec les restes d'une sauce Gore très savoureuse et légère qui nous ramène aux confins de Sounds Of The Universe mais pour nous éjecter complètement dans l'espace, avec comme seul guide une voix synthétique flottante qui vient surenchérir quelque chose qui n'est qu'un embryon de thème. Assez déstabilisant au début et encore aujourd'hui. Ainsi, les rapprochements que nous effectuons avec les titres anciens ne sont que détails, réflexes ou correspondances hasardeuses qui nous aident à insérer ce nouvel opus dans la série des précédents, pour ainsi mieux affirmer que l'on reste face à un ovni discographique tout aussi déroutant que fascinant.

On est encore bousculé dans nos habitudes avec l'ordre de placement des deux titres chantés par Martin Gore. Toujours un morceau pivot à la plage sept mais l'autre cette fois clôt l'album. Il s'agit de Fail, qui finalement est peut-être le plus enjoué de tous ( non ce n'est pas vraiment ironique quand on lit le titre – échouer ) de part son atmosphère sonore qui laisse la place à des boucles mélodiques plus lyriques, plus ouvertes, bien que des marques fractales coupantes et tranchantes marquent le rythme. La voix de miel de Martin y est au mieux, comme toujours dans les enregistrements. Au sujet de la voix très vibrée du compositeur on entre ici dans des considérations purement subjectives mais je tiens ici à défendre ces parties que de nombreux auditeurs passent rapidement dès qu'ils reconnaissent le quintuple timbre de Martin. Relevons alors dans l'écriture les belles inflexions qui rappellent The Sun And The Moon And The Stars ( 2009 ) au moment de «  That justice will... prevail / That truth will... tip the scales ». Peut-être parce que je peine toujours à sortir de leur univers, je n'aime pas en général les morceaux qui clôturent leurs albums, à l'exception du chef d'oeuvre Insight ( 1997 dans Ultra ). Ici la fin est belle, bien que le propos soit encore très sombre. La mise en forme le rend plus distancié, le reléguant au rang des morceaux uniformément « dark » mais sans la mise en alerte littérale de Going Backwards.


Dans les albums, les plus belles chansons que Martin s'est gardées sont des petits jardins d'hiver, des parenthèses intimes le mettant en scène lui ou bien des créatures imaginaires. En nommant l'autre morceau « Eternal » Gore joue encore sur l'ironie en interrogeant son rôle tardif de père ( tout récemment encore ) et nomme ainsi « éternel » l'enfant qui lui aussi un jour disparaîtra après lui. Le qualificatif « éternel » n'agit évidemment pas sur le facteur temps mais devient synonyme de l'amour inconditionné porté à son enfant, amour que la musique dans son foisonnement brouillé n'hésite pas à tourner du côté incestueux alors que le texte est d'une naïveté confondante : «  je t'envelopperai de mon amour et t'embrasserai comme aucun homme ne l'a fait ». S'il n'y avait pas le « little one » du début, on pourrait croire que le chanteur s'adresse à une femme. Autre aspect de cette complainte à l'harmonium qui place la voix très en avant, le retour de la technologie humaine qui menace le bonheur familial, par des « radiations » qui font vraiment froid dans le dos. Amour enfin, emporté totalement dans un « love » à peine audible tellement il est recouvert de l'énorme vague conclusive, bien plus haute et dévastatrice que la rivière de diamants qui coulait dans le très beau Damage People ( 2005 ).

Après le caractère volontariste des basses émanant des travaux solo de Gore, c'est un autre trait qui scande l'album et qu'on pourrait appeler « chutes » ou « déflagration », lorsque la production empile les couches sonores pour insister sur le caractère laborieux et poussif de la vie. Témoins les « oh oh » du choeur qui accompagnent le « no ! » de Gahan dans l'imposant Poison Heart qui reste une grande réussite de la production puisque tous les éléments y sont intégrés avec une subtile gestion de l'empilement, jusqu'aux doublures métalliques implacables de la grosse caisse bluesy. Un tel déluge était déjà en germes dans Goodbye ( 2013 ) mais n'avait pas atteint un tel niveau d'intensité, tout en restant audible, terriblement construit et laissant la ligne de texte des plus intelligibles : percevoir la fin d'une relation en son début ( «  for the moment we met » ). En bout de file on trouve aussi le « Pauvre Homme » qui finalement s'enrichit tout ce que le groupe lui donne d'humanité par la description et le réalisme. On voit parfaitement ce clochard qui «  a le blues » pousser sa carriole avant qu'un Gore bulldozer de basses menace de l'écraser.

Il est évident que Spirit cherche à repousser une nouvelle fois les limites du son que Delta ne peut désormais, par comparaison, qu'entrevoir. Il est enfin tentant de ressortir l'oxymore maintes fois rebattu mais qui convient parfaitement à Spirit : énergie du désespoir. Là où le texte ne laisse aucune issue, la musique nous charge de nous maintenir en vie. Depuis les deux albums qui précèdent celui-ci, on croyait Depeche Mode apaisé mais il n'en n'est rien. Mais il est réconfortant de voir comment, une nouvelle fois, le concert permet de dédramatiser complètement le poids symbolique de l'album. Dans Going Backwards, Dave prend le premier public à témoin en souriant pour privilégier l'instant présent du concert. L'application du texte de la chanson vaut pour ce qui précède et suit le concert. Notre énergie et celle de Dave Gahan transcendent la négativité qui entoure financièrement la salle de concert, comme celle qui entourera les immenses Arena prêts à raviver cet été l'immense spasme modien.


De tout ce parcours ressort un titre. Mot de spirit écrit sur l'anthracite pochette et dont les lettres ont été estompées au doigt dans toutes les directions, juste avant que ne sèche complètement l'encre noire. Mot, localisé dans une chanson précise, la dernière, comme dans Playing The Angel : « our spirit has gone ». Notre esprit a quitté, il n'est plus là. Par ce qui est raconté et défendu clairement, cette spiritualité se vide progressivement, effectivement, que ce soit dans la rupture, la violence, l'indifférence, la sexualité aveugle. Il serait bêtement dialectique de dire que cet esprit est évidemment maintenu dans la conduite ouvragée de l'ensemble et de la musique. On sait enfin la loi des contrastes que suit la production des albums de Depeche Mode. Le prochain sera lumineux, c'est certain.
Liens vers mes films, univers esthétiques :
sur ARTE Creative http://creative.arte.tv/fr/space/univer ... /messages/
sur vimeo http://vimeo.com/user5739084
Avatar de l’utilisateur
Vivre Avec Depeche Mode
 
Messages: 381
Inscription: 23 Avr 2008, 12:01
Localisation: ROUEN

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar Nothing to do ? » 01 Mai 2017, 10:41

Moui ? Mais sinon, tu as apprécié l'album ou pas ?

Nothing to do ? "Se lire d'écrire..."
Avatar de l’utilisateur
Nothing to do ?
 
Messages: 2156
Inscription: 25 Juil 2006, 21:26
Localisation: (30)

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar Vivre Avec Depeche Mode » 01 Mai 2017, 12:54

Nothing to do ? a écrit:Moui ? Mais sinon, tu as apprécié l'album ou pas ?

Nothing to do ? "Se lire d'écrire..."


Ah oui tu as raison Nothing to do, j'ai oublié le nombre d' étoiles ! :mrgreen: :mrgreen:

Je te propose de relever en ce 1er mai le champ lexical de l'éloge.
Sur tout le texte, évidemment... :shock: :shock:
Liens vers mes films, univers esthétiques :
sur ARTE Creative http://creative.arte.tv/fr/space/univer ... /messages/
sur vimeo http://vimeo.com/user5739084
Avatar de l’utilisateur
Vivre Avec Depeche Mode
 
Messages: 381
Inscription: 23 Avr 2008, 12:01
Localisation: ROUEN

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar Nothing to do ? » 01 Mai 2017, 13:29

Cela n'engage que moi mais c'est juste qu'il ne faut pas intellectualiser l'oeuvre au delà de ce que l'artiste lui même en dit. Car cela tourne trop souvent et rapidement au simple exercice de style à la limite de l’obscène, le tout aspergé d'éjaculations cérébrales (j'aime bien cette image, merci, grâce à ton texte j'ai pu la placer :mrgreen: ).

Voilà, uniquement mon ressenti. Rien de personnel. Surement parce que cela me met mal à l'aise de lire ce genre de pavé qui même si un disque est bon, ne mérite pas une telle débauche intellectuelle.

Nothing to do ? "J'aime beaucoup Spirit"
Avatar de l’utilisateur
Nothing to do ?
 
Messages: 2156
Inscription: 25 Juil 2006, 21:26
Localisation: (30)

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar The X Phil » 01 Mai 2017, 17:57

Alors quand il n'est pas bon...
(même écouté sur une installation audio de qualité, qui ne rattrape pas le manque d'inspiration et la monotonie du truc)
The X Phil
 
Messages: 1702
Inscription: 05 Aoû 2005, 21:59

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar luke06 » 01 Mai 2017, 20:41

@Vivre Avec Depeche Mode : Merci pour ce beau texte qui prend le temps de défendre son point de vue , que je partage :D , C'est plus agréable à lire que ces simples phrases pour descendre/ encenser l'album sans justification.
peace come to me. I've found the peace I've been searching for
Avatar de l’utilisateur
luke06
 
Messages: 1642
Inscription: 09 Mai 2009, 21:26
Localisation: nice

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar TofXXX » 02 Mai 2017, 13:21

Après plusieurs essais je suis partisan d'un Spirit à 9 titres dans cet ordre :

Going Backwards
Where's The Revolution
Scum
The Worst Crime
Poison Heart
Poorman
Cover Me
So Much Love
No More

J'ai enlevé You Move (je ne supporte pas les sons trop aiguës sur celle ci) et les 2 titres de Martin qui sont les moins bons de l'album et ralentissent le rythme.

C'est même une bonne chose de se retrouver à 9 chansons, cela permet de comparer plus facilement Spirit au maître-étalon Violator (9 titres chacun).

Dans cette configuration les transitions entre les chansons se font bien et Spirit gagne en rythme et fini en beauté paŕ les 3 dernières.

Il y a même une petite analogie avec Violator sur les positions de :
- Personal Jesus et Scum
- ainsi que la suite d'anthologie Enjoy The Silence/ Policy of Truth qui se retrouve avec Cover Me/ So Much Love. :D

Violator reste pour moi le chef d'oeuvre de DM mais je trouve Spirit très fort dans cette configuration. :)
Delta Machine Tour : Stade De France 15 juin 2013 - Bercy 31 janvier 2014
Global Spirit Tour : Bercy 5 décembre 2017
Avatar de l’utilisateur
TofXXX
 
Messages: 485
Inscription: 22 Mar 2017, 19:12
Localisation: Troyes (10)

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar mickey_II » 03 Juin 2017, 16:25

THIS IS MY LIFE ON

Un lundi matin 11H
Petit tour a la FNAC de Strasbourg.

Je fouille dans les vinyles pour me prendre Spirit, histoire de me faire plaisirs.
Je trouve pas, y en a plus? Pas grave, je vais voir un vendeur.

Heu,,,, le vendeur tapote sur son ordinateur ecran MS-DOS ?? et me dit que ca fait un mois qu ils sont en rupture, le responsable des ventes a oublie d en commander...

Bon, un mois??? Vous pouvez m en avoir un pour quand? Demain meme heure? OK !!!
Il me donne une petit papier avec mon nom dessus, Je paye tout de suite??? Il me dit non, pas la peine. Merci au revoir.

Je reviens le lendemain, je demande ou je peux recuperer mon vinyle, ben ils ne l ont pas.... Fallait payer pour valider la commande....

Resultat rien , et pas un seul vinyle de Spirit sur tout Strasbourg centre.
J en ai quand meme trouver un dans un Auchan........

FNAC Strasbourg = malpoli, arogant et bon a rien.

THIS IS MY LIFE OFF

PS J adore toujours autant cet album <3
Oui je joue encore aux LEGO :

https://www.flickr.com/photos/55518546@N03/
Avatar de l’utilisateur
mickey_II
 
Messages: 269
Inscription: 17 Mar 2013, 16:30
Localisation: ►epeche ▲▲ode

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar Freddy » 03 Juin 2017, 23:19

mickey_II a écrit:THIS IS MY LIFE ON

Un lundi matin 11H
Petit tour a la FNAC de Strasbourg.

Je fouille dans les vinyles pour me prendre Spirit, histoire de me faire plaisirs.
Je trouve pas, y en a plus? Pas grave, je vais voir un vendeur.

Heu,,,, le vendeur tapote sur son ordinateur ecran MS-DOS ?? et me dit que ca fait un mois qu ils sont en rupture, le responsable des ventes a oublie d en commander...

Bon, un mois??? Vous pouvez m en avoir un pour quand? Demain meme heure? OK !!!
Il me donne une petit papier avec mon nom dessus, Je paye tout de suite??? Il me dit non, pas la peine. Merci au revoir.
Je reviens le lendemain, je demande ou je peux recuperer mon vinyle, ben ils ne l ont pas.... Fallait payer pour valider la commande....

Resultat rien , et pas un seul vinyle de Spirit sur tout Strasbourg centre.
J en ai quand meme trouver un dans un Auchan........

FNAC Strasbourg = malpoli, arogant et bon a rien.

THIS IS MY LIFE OFF

PS J adore toujours autant cet album <3



ça va faire une décennie que je n'achète plus rien à la FNAC :mrgreen: , plus précisément depuis 2004. Cette année-là, j'avais précommandé le maxi "Enjoy the silence 04" une semaine avant la sortie officielle. Le jour de la sortie, on me dit que l'article n'est pas arrivé, puis 3 semaines après, l'article est indisponible. Sans compter les commandes oubliées, article inconnu (par rapport à leur base), et j'en passe.
Depuis je vais à L'Espace Culture de Leclerc et j'arrive à commander des imports, des vinyles, des tributes, des albums d'artistes peu connus . . . et ils sont même moins chers que les prix "Vert" :!: :?: de la Fnac :mrgreen: .
Pour moi, la Fnac :mrgreen: ce n'est plus la Fnac :mrgreen: des années 80-90 où l'on pouvait même trouver des bootlegs. Maintenant, ils envisagent de supprimer le support physique pour le remplacer par du téléchargement.

Pour info les Auchans de notre région (comme les carrefours) réduisent de plus en plus le rayon musique, on ne trouve plus que des artistes commerciaux à court terme ou des opérations sur des ré-ré-ré-...édition de CD.

De toute manière, je trouve qu' en France, la culture musicale est pauvre, on se base PRINCIPALEMENT sur des artistes à tube et qui rapporte vite mais à court terme.

Bon j'arrêt là, car la discussion ne correspond plus au sujet de Spirit. :wink:
Freddy
 
Messages: 80
Inscription: 26 Déc 2016, 12:11

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar mickey_II » 05 Juin 2017, 13:04

Je pense pareil :D

Sinon pour la difference entre le CD et le vinyle au niveau du son, apres avoir ecoute sur plusieurs platines, je trouve toujours que les voix ou le son des instruments, les aigus sont plus jolis sur le vinyle. Par contre les basses sont moins fortes.
Oui je joue encore aux LEGO :

https://www.flickr.com/photos/55518546@N03/
Avatar de l’utilisateur
mickey_II
 
Messages: 269
Inscription: 17 Mar 2013, 16:30
Localisation: ►epeche ▲▲ode

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar Personal Marcus » 06 Juin 2017, 12:01

Après plusieurs écoutes : album vraiment excellent! (dès la 2ème écoute j'adhérais déjà!).
Surtout au niveau de la production et du son : on sort un peu de l'identité sonore de Ben Hillier, pour arriver à un son qui mélange un peu toutes les périodes de DM, selon les titres.
Le fait de changer de producteur à redynamiser la "texture" du son, notamment sur les titres au tempo plus lent.

Manque peut-être un "grand" titre de Martin dans l'album...
Avatar de l’utilisateur
Personal Marcus
 
Messages: 129
Inscription: 17 Nov 2013, 15:30
Localisation: Lille

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar jibee » 08 Juin 2017, 21:39

Personal Marcus a écrit:Manque peut-être un "grand" titre de Martin dans l'album...


plus négatif en ce qui me concerne: manque peut-être plusieurs très bons titres de Martin.
Nos remixs et reprises de Depeche Mode: https://soundcloud.com/arhk-ange/sets/remix-covers-depeche-mode

Let me hear you make decision without your television
Avatar de l’utilisateur
jibee
 
Messages: 798
Inscription: 30 Nov 2011, 22:26
Localisation: Dijon

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar TofXXX » 10 Juin 2017, 00:48

Les très bons titres de Martin sont là :
Going Backwards
So Much Love
...

D'ailleurs beaucoup de fans aiment cet album.

Chacun ses goûts, pour ceux qui n'accrochent pas, je respecte leurs avis, mais quand je lis certaines critiques qui disent que Spirit est mauvais, il ne faut pas exagérer, c'est leur avis personnel, il ne faut pas oublier.
Pour moi cet album est très bon.

Les goûts et les couleurs... :D
Delta Machine Tour : Stade De France 15 juin 2013 - Bercy 31 janvier 2014
Global Spirit Tour : Bercy 5 décembre 2017
Avatar de l’utilisateur
TofXXX
 
Messages: 485
Inscription: 22 Mar 2017, 19:12
Localisation: Troyes (10)

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar ventilateur » 10 Juin 2017, 06:50

TofXXX a écrit:Les très bons titres de Martin sont là :
Going Backwards
So Much Love
...

D'ailleurs beaucoup de fans aiment cet album.

Chacun ses goûts, pour ceux qui n'accrochent pas, je respecte leurs avis, mais quand je lis certaines critiques qui disent que Spirit est mauvais, il ne faut pas exagérer, c'est leur avis personnel, il ne faut pas oublier.
Pour moi cet album est très bon.

Les goûts et les couleurs... :D

Oui, Spirit est un bon album...
Personnellement, je pense qui manque un grand titre après Cover Me.
Depeche Mode. What else ?
_
Avatar de l’utilisateur
ventilateur
 
Messages: 5085
Inscription: 12 Oct 2005, 13:31

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar TofXXX » 06 Juil 2017, 00:10

Après 3 semaines de break, je me suis refait un petit Spirit.

Bilan : je trouve toujours cet album excellent. :D

Comme dit plus haut, on a un grand hit de Dave (Cover Me) et de très bonnes chansons de Martin mais c'est vrai qu'il manque LE TUBE incontournable signé Martin, celui qui devient un classique.

Malheureusement on n'a pas droit à un Wrong à chaque album... :( (Wrong est pour moi le dernier grand classique de DM écrit par Martin)
Delta Machine Tour : Stade De France 15 juin 2013 - Bercy 31 janvier 2014
Global Spirit Tour : Bercy 5 décembre 2017
Avatar de l’utilisateur
TofXXX
 
Messages: 485
Inscription: 22 Mar 2017, 19:12
Localisation: Troyes (10)

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar Devotee 101 » 06 Juil 2017, 00:14

TofXXX a écrit:Après 3 semaines de break, je me suis refait un petit Spirit.

Bilan : je trouve toujours cet album excellent. :D

Comme dit plus haut, on a un grand hit de Dave (Cover Me) et de très bonnes chansons de Martin mais c'est vrai qu'il manque LE TUBE incontournable signé Martin, celui qui devient un classique.

Malheureusement on n'a pas droit à un Wrong à chaque album... :( (Wrong est pour moi le dernier grand classique de DM écrit par Martin)


Je le trouve également très bon d'ailleurs je l'écoute une fois par jour
Devotee 101
 
Messages: 229
Inscription: 28 Avr 2017, 12:43
Localisation: Angoulême

Re: SPIRIT : discussions/avis/commentaires.

Messagepar Purple Girl » 09 Juil 2017, 13:45

Vivre Avec Depeche Mode a écrit:Dans les albums, les plus belles chansons que Martin s'est gardées sont des petits jardins d'hiver, des parenthèses intimes le mettant en scène lui ou bien des créatures imaginaires. En nommant l'autre morceau « Eternal » Gore joue encore sur l'ironie en interrogeant son rôle tardif de père ( tout récemment encore ) et nomme ainsi « éternel » l'enfant qui lui aussi un jour disparaîtra après lui. Le qualificatif « éternel » n'agit évidemment pas sur le facteur temps mais devient synonyme de l'amour inconditionné porté à son enfant, amour que la musique dans son foisonnement brouillé n'hésite pas à tourner du côté incestueux alors que le texte est d'une naïveté confondante : «  je t'envelopperai de mon amour et t'embrasserai comme aucun homme ne l'a fait ». S'il n'y avait pas le « little one » du début, on pourrait croire que le chanteur s'adresse à une femme. Autre aspect de cette complainte à l'harmonium qui place la voix très en avant, le retour de la technologie humaine qui menace le bonheur familial, par des « radiations » qui font vraiment froid dans le dos. Amour enfin, emporté totalement dans un « love » à peine audible tellement il est recouvert de l'énorme vague conclusive, bien plus haute et dévastatrice que la rivière de diamants qui coulait dans le très beau Damage People ( 2005 ).


Merci pour cette très belle et passionnante analyse.

Oui, sur Eternal, la voix de Martin fonctionne tel un instrument, tel un saxophone. Ce titre semble avoir été façonné comme une oeuvre de jazz. La chute très coltranienne renvoie à celle du Pt. 4, Psalm du Love Supreme de Coltrane. C'est inouïe. C'est à cela que j'ai immédiatement pensé dès la première écoute de Eternal. Très très beau titre beaucoup plus complexe qu'on ne le croit...
"Dress up as a female for a start, as a bloke, you've got no chance!"

Alan Wilder on how to get backstage. Devotional tour.
Avatar de l’utilisateur
Purple Girl
 
Messages: 2814
Inscription: 14 Déc 2005, 12:32
Localisation: Région Parisienne

PrécédenteSuivante

Retourner vers Depeche Mode : toutes discussions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités